Boîte à questions

Accueil » Coordination » PPMTMS » Campagne VHC » Boîte à questions

Boîte à questions (2015)

Une boîte à question sur le thème de l’hépatite C a été mise à disposition des patient-e-s de la Policlinique d’addictologie/CHUV (Centre Saint-Martin).

Pourquoi vous nous faites attendre des mois avant de nous traiter ?

Car l’indication du traitement est le résultat d’une évaluation médicale qui se fait sur plusieurs rendez-vous avec aussi le soutien de votre réseau de soin.

Pourquoi les assurances ne prennent pas en charge tous les malades qui ont l'hépatite C ?

Car les traitements coûtent extrêmement cher et ce sont les assurances maladies qui décident des critères de remboursement.

Il faut que la fibrose soit à un stade modéré (score F2 par fibroscan) ou avancé (score F3-F4) pour que le traitement soit remboursé.

Quelle sont les nouvelles études sur la contamination par voie sexuelle et autres ?

Le virus de l’hépatite C n’est normalement pas transmis lors de relations sexuelles orales, mais des risques existent toutefois pendant la menstruation et en cas de blessures ou lors des saignements pendant les rapports sexuels. Afin d’exclure tous les risques, il faut toujours utiliser le préservatif afin de se protéger contre les différentes maladies sexuellement transmissibles. Les risques de contagion sont augmentés lors des menstruations et lors de l’existence d’autres maladies sexuellement transmissibles.

Quels sont les effets bénéfiques et secondaires du traitement ?

Avec les nouveaux traitements, la guérison de l’hépatite C est assurée dans 98% des cas avec très peu d’effets secondaires. Aussi la diminution des complications liées à la maladie chronique (fatigue, cirrhose et cancer du foie, etc). Globalement, le traitement permet de retrouver et préserver la santé sur le plan individuel et de couper la transmission à grande échelle.

Peut-on attraper l'hépatite C avec une paille (sniff) ?

Oui, on peut attraper l’hépatite C si on partage sa paille. La paille peut créer des micro-lésions des muqueuses nasales (contact avec le sang), il ne faut donc jamais partager sa paille.

D’ailleurs, tout le matériel de consommation (cuillère, filtre, eau, surface utilisée pour préparer l’injection, seringue) est à risques, ainsi que le matériel pour fumer ou inhaler (pipe, paille, etc)

Le mot d’ordre est : Chacun son matériel individuel et à usage unique.

Si une personne a l'hépatite C, est-il possible d'avoir des enfants ? est-ce qu'ils vont l'attraper ?

Si la future mère à une hépatite chronique, le risque de transmission à l’enfant est faible (moins de 6%) et dépend de la charge virale (virémie). Toutefois, une prise de sang doit être faite en prévoyance d’une grossesse afin de connaître le taux de virémie de la femme et envisager la prise en charge la plus adéquate.

Combien coûte un traitement et est-ce que les assurances demandent au bénéficiaire de payer le 10% ?

Les prix des nouveaux traitements sont variables (au moins 16 mille francs par mois en 2015) et dépendent de l’association de molécules requises en fonction du génotype viral (VHC 1, 2,3 ou 4) à traiter et le niveau d’atteinte hépatique (score de fibrose par moyen du fibroscan). L’assurance maladie de base peut demander au bénéficiaire une participation maximale de 700.- CHF selon le décompte annuel de l’assuré. L’échéance de ce paiement est négociable avec l’assureur.

C'est quoi l'hépatite C ?

L’hépatite C est une maladie du foie causée par un virus. Le virus de l’hépatite C peut entraîner à la fois une infection hépatique aiguë et une infection chronique, dont la gravité est variable, pouvant aller d’une forme bénigne qui dure quelques semaines à une maladie grave qui s’installe à vie.

Il paraît qu'un nouveau médicament est sorti dernièrement ? Est-il plus sûr que l'Interféron ?

Il existe plusieurs nouveaux traitements d’action antiviral directe (DAA’s) qui permettent d’augmenter l’efficacité et de guérir une proportion plus élevée de personnes que les anciens traitements à l’interferon. Néanmoins, les DAA’s peuvent être associées à la ribavirine et à l’interféron dans certains cas cliniques.

Et les résultats pourraient-ils nous être envoyés par mail ?

Si nous n’envoyons pas les résultats par e-mail c’est parce qu’ils sont confidentiels et que les données peuvent s’égarer. Nous préférons aussi rencontrer nos patients afin d’avoir une discussion et partager autour du sujet ensemble et de vive voix.

Si vous souhaitez rencontrer un médecin pour vous faire un contrôle dans le but d’un traitement d’une hépatite C, demandez à votre référent de vous coordonner un rendez-vous avec le médecin somaticien de la Policlinique d'addictologie (anciennement Centre Saint-Martin).

Si vous voulez discuter et rencontrer d’autres personnes déjà traitées pour une hépatite C à la Policlinique d'addictologie (anciennement Centre Saint-Martin) dans un cadre non médical, prenez des renseignements du groupe de parole hépatite C dans l’accueil.