Actualités REL’IER

Accueil » Actualités REL'IER

Les dispositions prises par les institutions actives dans le champ de la précarité concernant le COVID-19

La pandémie de COVID-19 affecte les structures qui accompagnent les personnes en situation de précarité. Vous trouverez ci-dessous un tableau qui présente les différentes mesures des structures et les liens vers différents documents. Ce document est régulièrement mis à jour grâce aux informations transmises par les membres de la Plateforme Seuil Bas (dernière mise à jour le 07 avril 2020).

IMPORTANT: Pour vous soutenir dans l’orientation sanitaire des personnes en situation de grande précarité durant la pandémie de COVID-19, le Département vulnérabilités et médecine sociale (DVMS) a ouvert une ligne téléphonique spécifique : Bureau des populations précarisées. Ce Bureau, atteignable au 021 314 96 97,  est à votre disposition du lundi au vendredi (8h- 17h).
Ils offrent une écoute et un soutien aux professionnels et partenaires du réseau vaudois pour les personnes en situation de grande précarité nécessitant une orientation sanitaire adaptée : par exemple, orientation en cas de suspicion d’infection Covid-19, mise en contact avec les structures bas-seuil, orientation au sein du réseau médico-social, etc.

Vous trouverez les informations importantes concernant les COVID-19 sur la HOTLINE DU CANTON DE VAUD. Un site regroupant les questions fréquentes pour le canton de Vaud se trouvent sur ce lien.

Voir le tableau ci-dessous: Read more

Extension des horaires des hébergements d’urgence

Les horaires des hébergements d’urgence de la Ville de Lausanne sont étendus.
Vous trouverez ci-dessous le communiqué du Service Social Lausanne qui l’explique.

 

Madame, Monsieur,

En raison de la situation sanitaire actuelle et en accord avec Mme Ruiz, conseillère d’Etat en charge du Département de la santé et de l’action sociale, les hébergements d’urgence de la Ville sont ouvert 7 jours sur 7 dès aujourd’hui.

Cette extension des horaires a pour but non seulement d’éviter que les personnes sans-abri ne se dispersent, mais aussi de leur permettre d’avoir, en journée, un lieu où se reposer tout en profitant de la présence d’intervenants sociaux pour d’éventuelles démarches administratives ou pour de simples discussions.

En plus de l’accueil de nuit, les usagers bénéficient d’une présence continue en journée et de repas de midi et du soir.

Avec nos salutations les meilleures.

 Alexandra Bresolin | assistante et responsable d’exploitation de l’abri l’Etape

Service social Lausanne | Dispositif aide d’urgence et dispositif addictions

Place Chauderon 7, 5ème étage | CP 5032 – 1002 Lausanne |  T +41 21 315 74 87 | Web | Facebook | Twitter | YouTube | App mobile
Lundi, mardi matin (par mail) et jeudi

 

Caritas Vaud et le CSP Vaud s’associent pour venir en aide aux personnes en détresse

Caritas Vaud et le Centre Social Protestant (CSP) Vaud s’associent pour venir en aide aux personnes en détresse des causes du Coronavirus.
Ils font un appel aux institutions publiques et privées.
Vous en saurez davantage en lisant leur communication ci-dessous.

Caritas Vaud et le CSP Vaud associent les forces de leurs deux services sociaux pour venir en aide, de manière subsidiaire, aux personnes que le coronavirus plonge dans une grande détresse. Ensemble, les deux organisations lancent un appel aux institutions publiques et privées du canton de Vaud.
Dans le canton de Vaud, la crise du coronavirus n’est pas seulement lourde de conséquences sur les plans sanitaires et économiques. Elle touche de plein fouet de nombreuses personnes et familles connaissant déjà des difficultés. Confrontés aux premiers appels, nos deux organisations se sont concertées pour faire face, ensemble, aux demandes d’aides urgentes qui ne manqueront pas d’affluer.

Pour Caritas Vaud et le CSP Vaud, il est essentiel que les personnes et familles rencontrant des difficultés graves et qui sont domiciliées dans le canton s’adressent le plus rapidement possible aux Centres sociaux régionaux (CSR) en charge du Revenu d’Insertion (RI). Les CSR s’organisent pour agir en première ligne et nous les en remercions. Nous orienterons vers les CSR toutes les personnes qui relèvent de leur compétence et agirons en subsidiarité avec eux.

Une coordination inter-institutionnelle est également assurée entre les deux services, Caritas Vaud et le CSP Vaud, qui remercient par avance la Croix-Rouge vaudoise, Pro Infirmis Vaud ainsi que Pro Senectute Vaud pour la prise en charge de situations spécifiques qui leur seraient adressées.

Notre expérience montre cependant que certaines personnes ne pourront accéder à l’aide sociale publique, comme les sans-papiers, les travailleurs et travailleuses domestiques payé-e-s à l’heure, les bénéficiaires d’un permis B de moins d’une année, ainsi que les jeunes qui financent leurs études par des petits boulots qu’ils ont perdus à cause de la crise sanitaire.

Pour leur venir en aide, une somme de CHF 150’000.- alimentée par nos fonds propres, une contribution de l’Entraide Protestante Suisse (EPER) et de la Chaîne du Bonheur par le biais de Caritas Suisse, constitue un premier montant mis à disposition de ce dispositif. Ce fonds sera destiné exclusivement au versement d’aides directes : dépannages financiers, prise en charge de certaines factures de même que distribution de bons alimentaires auprès des trois Épiceries Caritas d’Yverdon, Vevey et Lausanne. Ces aides seront libérées rapidement et sans tracasserie administrative.

À cet effet, nous ouvrons nos deux lignes téléphoniques pour prendre le relais de manière subsidiaire et dans la mesure de nos moyens. Nos équipes sont atteignables aux numéros suivants:

–           Pour le CSP Vaud, au numéro : 021 560 60 60
–           Pour Caritas Vaud, au numéro : 021 622 06 39

De 9h00 à 16h00 du lundi au jeudi et de 9h00 à 12h00 le vendredi.

Avec nos plus cordiaux messages,

 

Appel à contribuer !

Les fonds actuellement disponibles restent limités. C’est pourquoi, en parallèle, Caritas Vaud et le CSP Vaud lancent un appel auprès des institutions privées et publiques du Canton : associations, fondations, grandes entreprises, Canton.

Les contributions peuvent être versées indifféremment avec mention CORONA :

  • au CSP Vaud CCP 10-252-2 (IBAN : CH09 0900 0000 1000 0252 2)
  • à Caritas Vaud CCP 10-15792-5 (IBAN CH57 0900 0000 1001 5792 5)
 

Pierre-Alain Praz

Directeur Caritas Vaud

 

Bastienne Joerchel

Directrice CSP Vaud

 

 

Revue de presse: COVID-19 et précarité

Nous vous proposons une revue de presse en lien avec la situation exceptionnelle vécue actuellement sur les conséquences du Coronavirus pour les institutions actives dans les champs de l’addiction et de la précarité en région lausannoise.

 

29.03.2020: Besoin d’argent pour financer l’aide d’urgence – 20 Minutes

28.03.2020: Face au coronavirus, la situation des sans domicile fixe inquiète – RTS.ch

28.03.2020: Faut-il réquisitionner des hôtels pour les SDF? Débat entre Cyril Maillefer et Oscar Tosato – RTS.ch

26.03.2020: Et la population précarisée? – solidarites.ch

24.03.2020: La Ville ouvre de nouvelles places d’accueil pour les SDF – LFM

23.03.2020: Les addictions compliquent encore la donne – 24 Heures

20.03.2020: Les sans-abri se protègent avec peine – Le Courrier

18.03.2020: «On ne les laissera pas tomber» – 20 Minutes

18.03.2020: A Lausanne, service minimal pour l’administration – 24 Heures

16.03.2020: Des SDF dormiront au Gymnase du Bugnon – 24 Heures

13.03.2020: Les sans-abri, ces oubliés de l’épidémie – 24 Heures

Soutenir les familles grâce à la Fondation Mère Sofia

La Fondation Mère Sofia augmente sa capacité d’aide afin de soutenir des familles qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts.. Des pères/mères licenciés ou qui travaillaient avec un salaire à l’heure…

Des personnes à risques qui, confinées, ne peuvent venir à la Soupe Populaire…

Aidez-les à les aider en suivant ce lien: https://www.alaya.world/f/6xwJ1XpsJ

Les nouvelles du Sleep-In

Voici ci-dessous les dernières nouvelles du Sleep-In:

La vie au Sleep-In avec les Covid-19

Coronavirus ?
On en a entendu parlé mais on ne l’a pas cru. On l’a regardé de loin en Chine, on a jeté un coup d’œil en Italie voisine et, voilà, c’était trop tard… Les états les uns après les autres ont finalement pris conscience de l’ampleur de la problématique et des tas de mesures sont venues bousculer nos vies à l’aube de ce printemps 2020.
Se laver les mains, se les désinfecter, éviter les foules, les transports publics, se re-désinfecter, rester à la maison, se confiner un maximum chez soi !
Sans maison, sans « chez soi », les personnes sans abris sont encore une fois les laisser pour compte de la situation.Le coronavirus au Sleep-in, on ne l’a pas plus vu venir qu’ailleurs. On a imprimé les feuilles A4 de prévention de la contamination, on en a imprimé ensuite un peu plus, maintenant il y en a partout.
On a voulu des gants, des masques, du désinfectant, mais c’était trop tard, il n’y en avait plus nulle part.
Alors là, on appelle les autorités, on envoie des mails, on poste des trucs sur Facebook, on fait des réunions depuis chez nous par vidéoconférence et on s’organise.
Désormais nous sommes 3 pour le début des veilles au lieu de 2. Les gens entrent un par un avec un passage au lavabo obligatoire et surveillé. On supprime des lits pour respecter les distances de sécurité nécessaires. On arrête de prendre des personnes en urgence, on ferme la cuisine et le salon, on prend la température de tout le monde chaque soir, on délègue nos nettoyages à une entreprise professionnelle, on reste dans notre bureau et on évite le contact avec les gens. Bref, l’hébergement social prend une tournure militaire, c’est bizarre.

Avec la progression du virus la situation devient catastrophique, les personnes sans abris se font refuser un peu plus à nos portes, et elles n’ont ni gant, ni masque, ni le choix de se confiner, ni de se mettre à l’abris, ou d’aller « juste » faire des courses avec de l’argent que beaucoup n’ont pas. Comme c’est le cas pour le reste de la population, plus personne ne peut travailler. Il y a une semaine, nous demandions alors aux autorités la gratuité dans l’ensemble des structures lausannoises durant cette période de crise. Cela nous a été refusé.. jusqu’à hier soir ! Mieux vaut tard que jamais !

Certains changements sont arrivés plus vite que d’autres: la Marmotte accueille les personnes à risques avec des lits attitrés, le Répit à scindé sa structure en deux pour respecter la distance entre les lits, l’Etape et le Sleep-in ont abaissé leur capacité, la Soupe populaire distribue ses repas en plein air à la Riponne.

Pendant ce qui nous a semblé une éternité, nous avons tenté de faire remonter le besoin urgent d’ouverture de nouvelles structures, avec un lit attribué durant l’entier de la période de recommandation cantonale pour les personnes malades et toutes celles qui dorment encore dehors à cause de la réduction du nombre de places que les normes en vigueur imposent.

En effet, jusqu’à hier soir, nous étions complément démuni.e.s face à la possibilité qu’une personne soit malade. Nous espérions l’ouverture prochaine d’une structure pouvant accueillir les personnes testées positivement au Covid-19 ou en attente de résultats. Durant cette période, une personne présentant les symptômes ou étant diagnostiquée positivement se voyait refuser l’accès à la structure sans autre solution que la rue, et ce pour éviter que le système d’aide d’urgence tout entier soit mis en péril.

C’est donc avec un immense soulagement que nous avons appris hier soir qu’il devrait enfin y avoir assez de place pour tout le monde. De nouveaux lits sont mis à disposition dans l’aile Est du bâtiment administratif de la Pontaise !
Nous devons maintenant nous organiser, en pouvant compter sur la mise en place d’un relais de la protection civile afin d’ouvrir des accueils 24h/24h dans les structures en cas de confinement total.

Des gants, des masques et du désinfectant en suffisance pour les travailleurs, travailleuses et les bénéficiaires du dispositif d’hébergement d’urgence devraient nous parvenir sous peu également.

Pour l’heure, alors que la plupart de gens font des réserves de nourriture et se confinent chez eux, les personnes sans abri passent enocre l’entier de leur journée dehors (restaurants fermés, bibliothèques fermées, accueil de jour l’Espace fermé), sans aucune possibilités de respecter les mesures d’hygiène nécessaires la non-propagation du Coronavirus.

Les temps sont durs ! Pour certain.e.s plus que pour d’autres !

Pour finir, un immense merci à toutes les personnes qui témoignent de leur solidarité, nous viennent en aide, proposent des coups de mains. Merci à la Maraude et ses efforts sans relâche en rue, et sans qui nous ne pourrions pas assurer de repas le soir. Solidarité avec les personnes qui n’ont pas le choix, qui sont directement atteintes et pour qui cette maladie vient rappeler les lacunes de nos sociétés.

La Fondation ABS met des postes au concours

La Fondation ABS est toujours à la recherche de collaborateurs pour étoffer son équipe.

Vous trouverez l’annonce sur jobup.ch : Infirmier-ère HES Intervenant-e social-e (taux d’activité 80-100 %) – https://www.jobup.ch/fr/emplois/detail/1741742/

Précision, il faut impérativement passer par le site de jobup pour postuler!

Accueil de jour au Sleep In

Le Sleep In souhaite ouvrir un accueil de jour les dimanches. Pour ce faire, l’association a lancé une campagne de financement que vous pourrez retrouver sur ce lien. Une vidéo réalisée par le Sleep In explique leur projet.

Un article d’Ilias Panchard, conseiller communal à Lausanne, publié dans Lausanne Cités parle de ce projet et est disponible sur ce lien.

 

Etude qualitative sur la consommation récréative de produits stimulants chez quelques jeunes et jeunes adultes du canton de Vaud

Unisanté à publié une étude qualitative sur la consommation récréative de produits stimulants chez quelques jeunes et jeunes adultes du canton de Vaud.

Cette étude est disponible sur ce lien.

Etude sur le marché des stupéfiants: cannabis

Les trois instituts de recherche – Addiction Suisse, CHUV, Unil – étudient de manière interdisciplinaire les marchés des drogues. Ils ont déjà réalisé une étude sur l’héroïne dans le canton de Vaud et sur les stimulants.

Ce troisième rapport s’intéresse au cannabis.

Pour réaliser cette études, ils ont analysé les traces de stupéfiants trouvées dans les eaux usées, étudié les doses saisies par la police, épluché des condamnations judiciaires de dealers pincés et se sont entretenus avec des enquêteurs, des travailleurs sociaux ou encore des consommateurs.

Page 1 of 3412345...102030...Last »